Rudolf Noureev - biographie



1938
17 mars. Naissance de Rudolf, quatrième enfant et seul fils de Hamet et Farida Noureev, à bord du Transsibérien, dans la région du lac Baïkal. Il passe son enfance et sa jeunesse à Oufa, capitale de la République soviétique de Bachkirie. Ses parents sont des tatares musulmans. Enfance passé à Oufa (Bachkirie). Contre l'avis de son père, il pratique la danse folklorique et prend des cours de danse classique au théâtre de Oufa.


1955
24 août.
Rudolf Noureev passe l’examen d’entrée à la prestigieuse École de danse Vaganova de Leningrad. Il y trouvera son professeur d’élection, Alexandre Pouchkine.



1958

Pour le spectacle de fin d’études de l’École, Rudolf Noureev danse le pas de deux du Corsaire, avec Alla Sizova. Il entre directement comme soliste dans la compagnie de Ballet du Théâtre du Kirov (ex-Théâtre Mariinsky) de Leningrad, première compagnie de danse de l’URSS.

28 octobre. Débuts au Kirov, dans le pas de trois du Lac des cygnes. Au fil de ses apparitions sur scène, Rudolf Noureev devient une des idoles du public.



1961
Tournée du Ballet du Kirov à Paris. Le succès de Rudolf Noureev est foudroyant dès sa première apparition sur la scène du Palais Garnier, le 19 mai, dans l’acte des Ombres de La Bayadère.


16 juin. Rudolf Noureev “choisit la liberté” et demande le droit d’asile à l’aéroport du Bourget, alors qu’il doit embarquer à bord d’un avion qui le ramènera en URSS. Il est engagé dans les Ballets du Marquis de Cuevas dès le lendemain. Rencontre décisive avec Erik Bruhn, danseur Étoile du Ballet Royal du Danemark.


1962
Départ pour Copenhague où Noureev étudie le style Bournonville auprès d’Erik Bruhn.

21 février. Première représentation de Giselle avec Margot Fonteyn et le Royal Ballet à Covent Garden. Rudolf Noureev devient artiste invité de cette ompagnie et le reste jusqu’en 1977. C’est le début de la “rudimania”.


1963
12 mars .
Création de Marguerite et Armand, chorégraphie de Frederick Ashton pour Margot Fonteyn et Rudolf Noureev ; ce sera leur ballet fétiche.

27 novembre. Rudolf Noureev remonte pour la première fois une chorégraphie de Marius Petipa, l’acte des Ombres de La Bayadère, pour le Royal Ballet. Sa carrière est rapidement internationale. Il danse en Étoile invitée avec toutes les grandes compagnies de ballet en Europe, aux États-Unis, fantastique interprète aussi bien des princes du répertoire que des créations de Frederick Ashton, Rudi Van Dantzig, Roland Petit, Maurice Béjart, George Balanchine, Glen Tetley, Martha Graham ou Murray Louis. Il remonte également les grands ballets du répertoire chorégraphiés à la fin du XIXe siècle en Russie par Marius Petipa : La Belle au bois dormant, Casse-Noisette, Don Quichotte, Le Lac des cygnes, Raymonda. Il crée Tancrède, Manfred.


1983

Entrée en fonction de Rudolf Noureev comme directeur de la danse de l’Opéra de Paris, poste qu’il occupera jusqu’en 1989. Il y revivifie la compagnie, invite de nombreux chorégraphes contemporains et des professeurs, crée Cendrillon, Washington Square..


1989

Ayant obtenu les autorisations des autorités soviétiques, Rudolf Noureev danse La Sylphide au Théâtre du Kirov, à Leningrad, où il n’était pas retourné depuis 1961.

Il peut revoir sa mère et les membres de sa famille.


1990

Il participe à la comédie musicale The King and I aux États-Unis.

Il danse encore une fois en 1990 Le Chant du Compagnon errant au Palais Garnier et se consacre à la direction d'orchestre.


1992

8 octobre. Première représentation au Palais Garnier de La Bayadère, remontée par Noureev d’après Marius Petipa.


1993

6 janvier. Décès de Rudolf Noureev, à l’âge de 54 ans, à l’hôpital du Perpétuel Secours à Levallois-Perret.

Suivant sa volonté, il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois en région parisienne.