Souvenirs et interviews

  André LARQUIE
 

Penser à Rudolf Noureev, c'est indiscutablement se situer à un niveau d'exigence peu commune, tant à l'égard de soi-même que des autres. C'est vouloir oeuvrer dans le sens du perfectionnisme et à l'instransigeance qui l'ont sans cesse animé, toujours par amour et respect de l'art, auquel il a voué toute sa vie.

Le fait qu'il ait souhaité rester en France, là où il avait commencé sa carrière en Occident, et qu'il ait décidé de créer à Paris un centre de rayonnement consacré à l 'art chorégraphique et à la recherche médicale et scientifique dans le cadre d'une Fondation, nous responsabilise.

A nous de perpétuer sa mémoire et, dans le souvenir que nous avons de lui, de répondre aux nouveaux défis qu'il nous a lancés.